Vivre en harmonie avec la forêt. Apprendre à l’écouter, la découvrir, entrer en intimité avec elle, voici notre invitation. Pour que nos savoirs-être et savoir-faire s’accordent à sa beauté.

Sur la voie des dryades, on apprend en jouant, on explore le sauvage, on découvre ses capacités, on rencontre ses limites, on s’exprime. De passage, on apprend des habitants des lieux. Humain, on se relie à ses ancêtres à travers des gestes immémoriaux nécessaires à sa vie. Contemporain, on construit une coopération au service des besoins de la forêt, des autres et de soi.

Les enfants des bois

Se développer avec la forêt comme alliée : confiance, santé, créativité, autonomie.

La saison 2019-2020 des mercredis en forêt est ouverte pour les 5-12 ans, dans la suite des ateliers 2018-2019 menés en partenariat avec Coopcinelle.

Découvrir ici

Le temps des adultes

Une palette de propositions (bains de forêt, art du feu ancestral, vannerie sauvage, sylviculture et récolte douce de bois etc.) pour aborder la forêt par sa voie préférée.

Les découvrir ici

Un brin d’histoire

C’est à Chabrillan qu’est naît cette idée pour l’équipe de Dryade. Nous explorions cette forêt en vue d’un chantier de récolte douce de bois. La forêt était difficile à pénétrer, nous avancions en file indienne, en écartant les branchages sur notre passage. Dans l’équipe, deux petites filles et un chien. Et un sentiment d’intemporalité d’une rare intensité. Pendant des millénaires, les humains ont exploré les forêts ainsi, enfants, adultes, vieillards, en lien avec les animaux présents, dans une présence à l’environnement direct, à l’instant. Qu’en est-il aujourd’hui ? Revenir à cette essence est pour nous un acte de réalisme – se relier à ce qui a toujours fait socle de l’humanité, réapprendre à vivre dans un milieu non domestiqué – et d’engagement, pour des adultes de demain et d’aujourd’hui capables de vivre avec la forêt et leur milieu naturel.

La pédagogie par la nature

Les chercheurs utilisent aujourd’hui le terme du  « syndrome du manque de nature »  pour parler de la dégradation de la santé et du bien-être des jeunes qui passent de moins en moins de temps en nature. Depuis une vingtaine d’années, plusieurs pays tels le Danemark, la Suède, l’Allemagne, la Suisse, la Grande-Bretagne ont mis en place des programmes éducatifs nationaux pour permettre aux jeunes de passer plus de temps en forêt sur leurs heures de classes. Les études montrent que le contact régulier et fréquent avec la nature améliore leur santé, réduit le stress, l’anxiété et la fatigue, stimule la motivation, la concentration et la créativité des jeunes, développe leurs capacités motrices, leur confiance en eux et leurs compétences sociales.